Faut-il faire partie d’un réseau quand on est indépendant ?

En tant qu’indépendante, j’avoue m’être longtemps posé la question sans trop savoir s’il y avait un réel intérêt. Et si tel était le cas, quel type de réseau intégrer car il en existe pléthore !

Aujourd’hui, je ne vais aborder que 2 principaux types de réseaux :
- les réseaux d’affaires à buts commerciaux où l’intérêt principal est de faire du business, du commerce
- les réseaux professionnels d’échanges / de partage où l’intérêt principal est de créer une véritable communauté dans un secteur d’activité précis

LES RÉSEAUX D'AFFAIRES :
Les +
Les réseaux à buts commerciaux, type BNI, OptimRezo... s’avèrent très intéressants lorsqu’on débute une activité car ils permettent de générer du chiffre d’affaires assez rapidement et de se créer un véritable réseau.
Quand personne ne vous connaît, quand toutes les preuves restent à faire, quand vous n’avez pas encore de références à donner, ce type de réseau est idéal car il fait fi de votre background et se concentre surtout sur le travail effectué, les missions obtenues via le réseau.

Les –
Le coût d’entrée de ces réseaux reste assez important, et quand on débute son activité, il est souvent compliqué de dépenser une telle somme.
De plus, ces réseaux sont assez chronophages, les réunions sont souvent hebdomadaires et même si elles ne sont pas obligatoires, il est « vivement recommandé » d’y assister. A noter également que ces réseaux incitent aux rencontres en face à face, aux déjeuners en tête à tête… C’est d’autant plus de temps à consacrer au réseau. Il est donc nécessaire de réserver, dans son planning, un certain nombre d’heures au réseautage avec le groupe.


LES RÉSEAUX PROFESSIONNELS :
Les +
Quand on est indépendant, on peut assez rapidement se perdre dans le quotidien de ses tâches et ne plus suivre avec attention le marché dans lequel on évolue. Personnellement, je suis dans le milieu de la communication et ce métier change de jour en jour. Il évolue perpétuellement, notamment au gré des innovations technologiques.
Ce type de réseau professionnel, grâce à ses conférences, ses formations, ses évènements… permet de se tenir informé de l’évolution de son marché.
De plus, quand on travaille seul, ce type de réseau peut également faire office de "collègues", il permet de ne plus être isolé. En effet, parfois on est face à une problématique et il peut être difficile de prendre le recul nécessaire pour trouver la solution mais avec les réseaux professionnels, on peut en discuter lors d’une soirée de réseautage et ces discussions peuvent naturellement amener à une solution.
Autre avantage, le ticket d’entrée, souvent beaucoup plus accessible que les réseaux d’affaires !
Enfin, ajouter « Membre du réseau … » sur sa carte de visite peut rassurer certains annonceurs et lever un des freins à travailler avec un indépendant.

Les –
Ces réseaux n’apportent que très rarement du business, le but de ces clubs étant avant tout le partage et les échanges plus que l’apport d’affaires.

Pour ma part, j’ai rejoint le réseau Place de la communication, dédié à la communication, au marketing et au digital dans la région hauts-de-France, j’ai choisi ce réseau professionnel pour toutes les raisons évoquées ci-dessus mais je n’exclue pas, par la suite, de rejoindre également un réseau d’affaires type BNI.

Posté le:

Communication