Archive de (Mars 2018)



Il n’est plus nécessaire de faire l’apologie des relations presse et de ses nombreux avantages. Que l’on soit une grande multinationale ou une jeune TPE qui se lance, les RP sont essentielles. Mais tandis que pour les entreprises de grandes tailles, toutes se doivent de faire appel aux relations presse, ne serait-ce que pour informer les médias d’une nouveauté les concernant ou gérer une communication de crise; toutes les jeunes entreprises, quant à elle, ne peuvent prétendre aux relations presse.
Cela peut paraître paradoxal et je peux donner l’impression de me tirer une balle dans le pied mais pour faire des relations presse, il faut avoir des choses à dire, mais des choses qui potentiellement peuvent intéresser les journalistes.
C’est ça que j’appelle le potentiel médiatique.

Pour mieux comprendre l’importance du potentiel médiatique, mettons-nous à la place du journaliste
Quelque soit son support ou sa rubrique, le journaliste, lorsqu’il rédige un article, le fait dans un seul but : apporter à son lecteur une information nouvelle qui va le concerner, l’intéresser. Le journaliste traitera donc uniquement les sujets qui vont interpeller et susciter l’intérêt de son auditoire.
Vous pouvez avoir la meilleure attachée de presse du monde, si le sujet n’intéresse pas les journalistes, s’il n’a pas de potentiel médiatique, elle aura beau tout mettre en œuvre pour tenter d’obtenir des retombées presse, elle ne pourra y arriver…

Prenons un exemple concret :
Une jeune entreprise se lance, elle souhaite faire appel aux relations presse pour se faire connaître et se rendre visible auprès de ses différentes cibles. MAIS, le concept de son entreprise existe déjà, ce n’est donc pas une nouveauté, et elle n’a pas d’élément(s) différenciant(s), quel qu’il soit, par rapport à ses concurrents. Et bien cette entreprise n’a aucun intérêt à faire des relations presse. En effet, si j’appelle le journaliste pour lui parler de cette dernière, il va me demander en quoi c’est une information intéressante pour lui ? Il me demandera s’il s’agit d’un concept novateur ? La réponse sera non, il me demandera alors pourquoi il parlerait de l’entreprise, est-ce qu’elle se démarque de ses concurrents ? Est-ce qu’elle apporte un service différent à ses clients ? Là encore, la réponse sera non. Et le journaliste m’en voudra alors de lui avoir fait perdre son temps et la jeune entreprise m’en voudra de lui avoir fait perdre son argent.

Vous l’aurez donc compris, avant de se lancer dans les relations presse, il faut se poser les bonnes questions et savoir identifier le potentiel médiatique de son entreprise.
Mais si vous êtes une jeune entreprise qui se lance, ne le faîte pas seul ! L’œil avisé et expert d’une attachée de presse vous aidera à identifier le potentiel de votre entreprise. Elle pourra trouver un angle auquel vous n’avez pas pensé mais qui pourtant interpellera les journalistes !