Archive de (Janvier 2018)



Avant tout, quelle différence entre un communiqué de presse et un dossier de presse ?
C’est très simple, le communiqué tient sur une page, voire deux maximum, et explique succinctement et clairement une information donnée tandis que le dossier de presse, plus complet, est un document de quelques pages qui traite de manière approfondie d’un ou plusieurs sujets.
Ci-dessous quelques clés pour un dossier de presse réussi.

Le dossier de presse doit être clair et pratique
Il faut savoir que le journaliste est une personne ultra sollicitée qui n’a que peu de temps à accorder aux diverses informations qu’il reçoit. Il est donc plus que nécessaire de lui faciliter le travail. Voila pourquoi, il est primordial d’avoir un dossier de presse clair où chaque paragraphe est bien défini et où chaque titre exprime clairement le contenu de son paragraphe. En effet, il faut préférer des titres explicites et rapidement compréhensibles plutôt que des titres « pompeux » et bourrés de superlatifs qui ne ferait que brouiller la compréhension du message. Par ailleurs, n’oubliez pas de créer un sommaire qui permettra au journaliste de directement aller à la partie qui l’intéresse et le concerne. Plus le dossier de presse est conséquent, plus le sommaire sera utile.

Le dossier de presse doit être esthétique… mais pas trop quand même
Cela peut paraître évident mais plus un document attire l’oeil, plus il a de chance d’être lu. Le dossier de presse ne doit donc pas être un document Word, écrit en Times New Roman, où les paragraphes se suivent et se ressemblent. Il faut un dossier de presse coloré, avec une mise en page attractive, claire, où l’accent sera mis sur certaines informations et où de beaux visuels et graphiques viendront étayer les propos du dossier. Mais, ATTENTION, le dossier de presse ne peut pas être trop « publicitaire ». Il doit être un savant dosage entre un document Word classique et une belle brochure commerciale. En effet, si le dossier de presse ressemble à une publicité, il perdra tout son effet. Le journaliste n’aura pas le sentiment de recevoir un document informatif qui lui est dédié et adressé mais il aura le sentiment d’avoir affaire à une brochure publicitaire. Ce qui l’incitera à mettre le dossier dans sa corbeille sans même le lire…

Le dossier de presse doit être complet
Contrairement au communiqué où l’attachée de presse s’échine à faire tenir ses informations sur une ou deux pages, le dossier de presse, lui, est l’occasion de donner au journaliste un maximum d’information qui pourrait l’intéresser. Dans l’idéal, le dossier de presse doit présenter de façon détaillée l’information qu’il traite. Il peut être constitué d’un édito du DG, de testimoniaux (expérience utilisateur (réussie tant qu’à faire)), de données sur le contexte global du secteur concerné, des chiffres, pourcentages et autres diagrammes (les journalistes en sont très friands), de fiches techniques, d’annexes… Le dossier doit donc être complet et contenir des informations. Par exemple, un dossier de presse qui ne présente que des visuels, diagrammes et autres infographies ne sera pas utile au journaliste qui a besoin de matière, de contenu pour rédiger son article.

Les erreurs à ne pas commettre
Avant tout, VULGARISER le discours. Il faut éviter le jargon et les termes techniques propre à l’entreprise. Le journaliste a beau être cultivé et maîtriser parfaitement son domaine d’activité, il est primordial de lui faciliter la tâche et de rendre le discours de l’entreprise facilement accessible.
Ne pas rédiger pour remplir des blancs. J’ai longuement insisté sur le fait que le dossier de presse doit être le plus complet possible, ce n’est pas pour autant qu’il faut mettre du texte pour mettre du texte. Toutes les informations contenues dans le dossier de presse doivent avoir un réel intérêt pour le journaliste.